Canaletto-Ansicht von Dresden  - Hotel Dresden Hotels Elberadweg Deutschsparchige Homepage in modernen Design

English version - Welcome to Dresden

Francais - Bienvenu à Dresde

Ceski - Vítejte  v Dráždanech!

 Добро
пожаловать в
отель Rothenburger Hof в Дрездене

Polski - Serdecznie witamy  w Dresden.

Italiano - Benvenuti a Dresda

 

Zurück zum Artikelverzeichnis Dresden und zu den Dresden News des Rothenburger Hof **** Dresden

 

Dresde et la porcelaine

La première porcelaine européenne développée en 1710 à Dresde / Le plus grand musée de la porcelaine du monde

Il y a 300 ans, l’Electeur de Saxe Auguste le Fort, à l’image de nombreux autres souverains de l’époque, rêvait d’immenses trésors, de diamants, de pierres précieuses, d’or et d’argent. Sauf que l’or convoité par Auguste était blanc, délicat, presque transparent et orné de décors. Comme tout ce qui provenait du Japon ou de Chine, il portait l’adjectif « indien ».

A cause de sa production compliquée et du trajet énorme jusqu’en Europe, il resta cependant quasi inabordable. Auguste était fou de cette porcelaine. Il chargea son orfèvre Jean Melchior Dinglinger de transformer le service à thé en or orné de diamants, de façon à ce que les tasses émaillées et décorées de motifs peints ressemblent à de la porcelaine. Ce service créé en 1703 compte aujourd’hui parmi les plus belles pièces de la collection royale de joyaux, réunie dans la « Grünes Gewölbe ».

Deux ans auparavant, Auguste avait fait venir de Wittenberg à Dresde le pharmacien Jean Frédéric Böttger, alors âgé de 19 ans (1682-1719) pour une raison bien précise : Böttger, qui avait promis de produire de l’or à partir de métaux communs, était poursuivi par le roi de Prusse. Auguste et la noblesse de Saxe firent tout d’abord la cour à ce présumé fabricant d’or et le logèrent quelques temps au château. Mais les tentatives de celui-ci échouèrent. Même les prières instantes du souverain de Saxe, dont témoigne l’histoire, n’y changèrent rien.

Le savant saxon Ehrenfried Walter von Tschirnhaus s’appliqua donc à dévier l’élan de cet inventeur vers l’or blanc. Les expériences de Böttger devaient cependant rester absolument secrètes. Pendant le siège des Suédois en 1706, Auguste fit donc amener l’alchimiste dans un lieu sûr, la forteresse de Königstein.

Le 22 septembre 1707, Böttger repris le travail dans le bastion des vierges, au-dessous de l’actuelle Terrasse du comte de Brühl. Ces caves voûtées des fortifications de Dresde sont aujourd’hui partiellement accessibles au public. Lors du bombardement du Belvédère cependant, les salles elles-mêmes disparurent sous les décombres. Sur la terrasse, une stèle de porcelaine a été placée en l’honneur de Böttger, à l’endroit même où, dans les profondeurs des fortifications, Auguste le fort visita le laboratoire.

Le 15 janvier 1708, Böttger y exécuta le premier essai réussi de cuisson de porcelaine blanche, et la même année, il fonda la première fabrique de faïence dans la Hauptstrasse du quartier de Neustadt, où il perfectionna ses expériences avant de présenter officiellement son invention en 1709.

« Il y a trois choses qui éveillent le désir particulier des hommes à convoiter ce dont ils pourraient se passer » expliqua Böttger à Auguste et aux ministres de Saxe. « Tout d’abord la beauté, puis la rareté et finalement la fonctionnalité, lorsque celle-ci se conjugue aux deux premières. Ces trois qualités rendent une chose agréable, précieuse et nécessaire ». Puis, rempli de fierté, Böttger ajouta : « Les récipients que voici réunissent ces trois attributs. »

Le 23 janvier 1710, Auguste le fort communiqua au monde, en quatre langues : allemand, français, néerlandais et italien, la fondation de sa manufacture de porcelaine à Dresde. Mais comment allait-il protéger son secret contre l’espionnage économique déjà fort répandu à l’époque ? Il lui fallait trouver un endroit suffisamment vaste pour abriter la manufacture et les logements des futurs employés et assez sûr pour que personne ne puisse y entrer ou en sortir sans autorisation.

Et cette même année 1710, on trouva l’endroit idéal : le château fort Albrechtsbourg, dans la ville voisine de Meissen. Et il est tout à fait justifié de dire que la porcelaine de Meissen est « la première porcelaine européenne ».

Toutefois, le monopole ne dura pas longtemps car d'anciens employés vendirent leur savoir. C'est ainsi que dans toute l'Europe, on vit apparaître des manufactures de porcelaine : en 1718 à Vienne, en 1726 en Suède…

A quelques pas de là, dans la vallée de Triebisch, se trouve aujourd’hui la manufacture de porcelaine de Meissen, avec ses ateliers et salles de démonstration ainsi que son local de vente directe, l’un des lieux d’excursion les plus appréciés au départ de Dresde.

Les premières pièces issues de cette manufacture s’inspirèrent largement des modèles asiatiques. De nombreux sculpteurs de Dresde essayèrent de travailler ce nouveau matériau. Parmi eux figurent Jean Joachim Kändler (1706-1775), créateur de nouvelles formes, et Jean Grégoire Höroldt (1696-1775),le premier grand peintre sur porcelaine en Europe.

En 1710 déjà, la porcelaine blanche fut vendue à la foire de Leipzig. Et que fit Auguste de ses recettes ? Il acheta bien entendu de la porcelaine. Le souverain de Saxe avait en effet décidé en 1717 de transformer l’actuel « Palais japonais » en château de porcelaine.

Toutefois les sommes ne suffirent guère à cette gigantesque entreprise, si bien qu’Auguste vendit 600 de ses meilleurs soldats à son concurrent prussien Frédéric Guillaume 1er, qui forma ainsi son régiment de dragons. Le souverain de Saxe obtint en échange 151 porcelaines d’Asie orientale. Les pièces les plus importantes, les « vases des dragons », réalisés entre 1662 et 1722 en Chine, ornent aujourd’hui la collection de porcelaines de Dresde.

A sa mort en 1733, les dettes d’Auguste le fort auprès de la manufacture de porcelaine de Meissen s’élevaient à 47.926 thalers. Le projet du château de porcelaine resta inachevé. Il n’en reste aujourd’hui que le Palais japonais avec ses toits courbés et son magnifique relief sur le pignon, intitulé « les pays producteurs de porcelaine offrent leurs trésors à Saxonia » ainsi que 20.000 pièces de porcelaine environ, exposées depuis1962 dans le Zwinger de Dresde.

La Collection de porcelaines forme aujourd’hui le plus grand musée de la sorte du monde. Après deux ans de restauration et de réaménagement complet, ce musée a ouvert de nouveau le 8 octobre 2002 au public. Environ 2 000 des 20 000 chefs-d’œuvre inventoriés sont actuellement montrés au public.

En 2006, la Collection de porcelaines a même été agrandie par une Galerie de pièces est-asiatiques due au designer new-yorkais Peter Marino. Après la mort d’Auguste le Fort, le comte de Brühl, aussi sensible à l’art que doué en affaires, parvint non seulement au rang de Premier ministre mais également au poste de directeur de la manufacture de porcelaine.

En 1736, il ordonna à Kändler de lui fabriquer des échantillons d’assiettes pour un service de table. Brühl choisit un modèle en forme de coquillage, dans lequel étaient gravés deux cygnes sur l’eau, deux autres oiseaux aquatiques et des roseaux. Ce service, appelé service des cygnes et réalisé dès 1738, compte 1 400 pièces. C’est le plus grand et le plus fastueux service jamais créé par une manufacture de porcelaine.

Au 19e siècle, on se souvint du rôle de Dresde, lieu de fondation de la première manufacture de porcelaine d’Europe. C’est ainsi que l’industriel Karl Thieme façonna un plan pour y créer une manufacture de porcelaine. L’entreprise fut fondée en 1872 à Potschappel, aux portes de Dresde. Depuis, la réputation de Dresde comme ville de la porcelaine est véhiculée dans le monde entier par le biais d’un musée exceptionnel ainsi que par deux manufactures et les objets remarquables qui y sont réalisés avec art.

A partir de fin 2007, Dresde célèbrera le tricentenaire de la porcelaine européenne par des manifestations et exposés. Et pour la première fois se réalisera l’un des rêves d’Auguste le fort : que la porcelaine devienne un instrument de musique. En effet, en l’an 2000, le facteur d’orgue Jehmlich, de Dresde, et la manufacture de porcelaine de Meissen ont créé un orgue en porcelaine, et, grande première cette année, un chef-d’œuvre mi-carillon, mi-orgue en porcelaine, appelé le „Paon de Meissen“, sera inauguré, non à Meissen ou à Dresde mais à Yokohama au Japon.

Le point culminant des festivités se placera en 2010, à l’occasion du tricentenaire de la première manufacture de porcelaine européenne née à Meissen.

 

Zurück zum Artikelverzeichnis Dresden und zu den Dresden News des Rothenburger Hof **** Dresden

 

 Hotel Dresden Hotels Elberadweg Hotel Dresden Hotels Elberadweg Hotel Arrangement Dresden Reise Dresden Wochenende Wellness Dresden Hotels Schwimmbad Tagung Hotels Dresden Konferenz Kongress

Hotel Dresden Semperoper Zwinger Frauenkirche Altstadt Hotelroute Appartement Apartment Hotel Dresden Hotels Elberadweg Dresden Reise mit Kinder Kinderangebote Kinderarrangement Familiy Dresden Hotels Dresden Gourmet Guide Restaurant Hotels Dresden Hotel Germany en english language

Dresden News aktuelle Nachrichten für Dresden Tourist Stadtführer Dresden Hotels Stadtfuehrer Elberadweg Dresden Fahrrad Hotel bewerten Dresden Hotelbewertung Hotelkritik Gästeumfrage Hotel Bewertung Dresden Hotelbewertung Hotel bewerten Dresden Hotels Kritik Dresden Gästekritik Holidaycheck Hotelbewwertungen Dresden Meissen Tour Meißen Tourismus Hotel

Ihr Kontakt zu uns  und Online Buchung für Sie:

 Anfrage Formular Hotel Dresden Hotels Elberadweg Online Buchung Hotel Dresden Hotels Zimmer Pension Arrangement online buchen Dresden Hotel Dresden Hotel Pension Hotel Dresden Hotels Elberadweg Prospekt des Hotels Rothenburger Hof Impressum Hotels Dresden Hotel

  Dresden Hotels eV

Rothenburger-Hof ****,  Rothenburger-Str. 15-17, 01099 Dresden, 

Telefon: 0351 / 81260, Fax: 0351 / 8126 222, info@rothenburger-hof.de

www.rothenburger-hof.de 

Dresden Hotels eV

Erfahren Sie mehr über dieses Homepage und Ihre Projekt-Partner:  

Hotelbewertungen: Gästekritiken für die Hotels Dresden und Umgebung

Privat Hotels Dresden: Die Startseite der Hauptdomain des Privat Hotels Rothenburger Hof Dresden

Hotel Dresden am Elbradweg: Das Hotel Dresden im Internet , wenige Meter zum Elberadweg und mit Fahrradverleih

Unterkunft Dresden: Unser Tipp zu Ihrer Unterkunft in Dresden

   Wohnen auf Zeit am Elbradweg: Appartement, Pension, Zimmer und Hotelzimmer am Elberadweg

    Dresden Hotels : Your Dresden Hotel and Dresden City Guide in english language

  Tagung: Tagungen, Schulungen und Konferenzen mit dem Service eines 4-Sterne Hotels in Dresdens Zentrum

    Konferenz: Neben dem Kongresszentrum Dresden bieten einige Hotels Konferenzkapazitäten bis 200 Personen 

    Schulung: Firmenpräsentation, Schulung, Empfang in Dresden - Ihr maßgeschneidertes Angebot des Hotels in Dresden

  Hotel Dresden Neustadt: Die Neustadt, das pulsierende Kneipen- Restaurant und Szeneviertel Dresdens, die wirkliche Altstadt Dresdens und Ihr Hotel

   Dresden Touristservice: Fremdenverkehrsamt  in die Dresden Werbung- und Tourisums GmbH eingebracht, Incomer in Dresden boomen  

   Stadtführer Dresdens mit Elberadweg: Stadtführer von Dresden aus der Sicht des Dresdners, wenige aber gepflegte Tipps  

 Dresden Tourist: Der Dresdentourist: das unbekannte Wesen? Service für Touristen

   Dresden Wochenende: Programm für Wochenendaufenthalte, Arrangements und Wellness    

Dresden Städtereise: Städtereisen mit den Dresden Days, Kombinieren Sie die Höhepunkte von Dresden mit den Hotels

     Dresden Wellness: Wellness Reisen, Pauschalreisen, Angebote und Last Minute Specials in Hotels in Dresden

    Reise Dresden: Die Dresden Reise soll nicht an Schreibfehlern scheitern

   Privathotels Dresden: Privat Hotels in Dresden zeichnen sich durch Individualität aus: Ein unvergessliches Erlebnis   Privathotel Dresden  

Tip: Semperoper: Die Semperoper und alle Tricks  die uns über die Jahre bekannt wurden, diese zu besuchen: Der Semperoperbesuch zu Führung und Oper 

 Pension: Die Pensionen und Hotelpensionen in Dresden haben vergleichsweise teure Preise. Hier mehr dazu  

Hotelbewertungen: Die Hotels sind nur so gut, wie der Gast Sie empfindet, darum Hotels mit Bewertung

 

Die EU-Domain ist stark im Kommen - Die neuen EU-Domain-Projekte:

Dresden Congress: Das neue Kongresszentrum in Dresden ist der Hoffnungsträger der Dresdner Hotellerie

 Dresden Kongress: Über Schuldungen, Tagungen und Firmenpräsentationen, sowie große qualitative Kongresse sollen Dresden Hotels profitieren

 Dresdentourist: Hotelführer und Hotelbuchungsprojekt für Hotels in Dresden 

Privathotel: Hotels suchen und online buchen Bundesweit zu Bestpreisen

  rothenburger-hof: ist eine beim Deutschen Patent- und Markenamt geschützte Marke, "Es kann nur einen geben" 

rothenburgerhof: Leider gibt es auch für eine solche Marke Plagiate

 

Einzelne Domains mit PR kaufen oder Partner werden? Mailen Sie uns an webmaster@dresden-hotel.de